Anomalies de l’action des androgènes

Pour agir, la testostérone  est transformée dans les tissus cibles en dihydrotestostérone (DHT) par la 5 alpha réductase. Celle ci a une affinité supérieure à la testostérone pour lier le récepteur des androgènes. Ce récepteur est un récepteur nucléaire, situé sur le chromosome X.

Insensibilité aux androgènes

Il existe plusieurs formes d’insensibilités aux androgènes en fonction du type de mutation et donc du degré d’altération de la testostérone à son récepteur

Insensibilités complètes aux androgènes

Elle sont liées à une mutation du récepteur des androgènes qui altère complètement la liaison de la testostérone à son récepteur. La testostérone est sécrétée normalement par les testicules, mais n’a aucun effet sur les tissus androgéno-dépendants. Le diagnostic est soit posé en prénatal devant une discordance entre un phénotype féminin et un caryotype 46,XY, soit devant une hernie inguinale, soit devant une aménorrhée primaire à la puberté. Les patientes 46,XY, atteintes d’insensibilité complète aux androgènes ont un phénotype féminin. La sécrétion normale d’hormone anti-müllérienne par les testicules explique l’absence d’utérus et de trompes, et le vagin borgne. Si les testicules restent en place, à la puberté, les seins se développent par aromatisation des androgènes en estrogènes. Ces enfants sont toujours élevés dans le sexe féminin.

Insensibilités partielles aux androgènes

Elles sont liées à des mutations “partielles“ du récepteur des androgènes, sont responsables d’anomalies des organes génitaux externes chez les patients 46,XY. Le phénotype des patients atteints va d’une hypertrophie clitoridienne modérée à un hypospade postérieur avec cryptorchidie. C’est pour cette catégorie de patients que se pose de façon cruciale la question du choix de sexe en période néonatale.

 Déficit en 5 alpha-reductase

Le déficit en 5 alpha-reductase est lié à des mutations du gène de la 5 alpha réductase de type 2. Il touche les sujets 46,XY et entraîne des anomalies phénotypiques à la naissance allant d’un aspect féminisé complet à un hypospade avec micropénis. Il existe une virilisation à la puberté. De nombreuses mutations sont documentées, et la transmission est autosomique récessive.